Nothing is true, Everything is permitted
Le forum ce base sur le jeu vidéo « Assassin's Creed Unity ». Nous nous retrouvons bien avant les événements de la Révolution Française et on espère que le forum vous intéressera et que vous vous amuserez parmi nous.
ReglementChronologie de la R.F.PrédéfinisPrésentationOrganigrammePartenariat
Effectifs
ASSASSINS : 5 → Ouvert
TEMPLIERS : 5 → Ouvert
HORS-LA-LOI : 4 → Ouvert
ARMÉES : 2 → Ouvert
CIVILS : 1 → Ouvert
Contexte
Les caisses de l’État sont vides... Cette crise économique est due à une mauvaise gérance des impôts, à cette campagne menée par-delà l'océan, et aussi à cause de celle que l'on appelle l'Autrichienne. L'impopularité de la cour et la famine qui gagne le peuple font que des révoltes apparaissent peu à peu dans la capitale. Lors de ces événements, beaucoup de personnes finissent par y perdre la vie... Femmes... Enfants... Et soldats. Le conflit se gangrène, tout comme la faim avec le prix du pain qui augmente. Le roi, bien loin de comprendre les besoins de son peuple, suit les piètres conseils de son épouse et de ses autres conseillers... Cela ira même peut-être jusqu'au renvoi de Necker, qui est de moins en moins écouté à la cour, lui qui est pourtant si populaire avec de bons conseils. L'insurrection gronde en sourdine entre les murs de Paris. Des incidents se produisent chaque jour et l’inquiétude auprès de la noblesse grandit... On parle d'une future insurrection, d'autres parlent de simples petites révoltes qu'il faudra mater. Est-ce que cela continuera encore longtemps ? On peut bien se le demander... Nous sommes actuellement en Avril 1789... La Révolution Française approche à grands pas..
Evénements
Aucun événements actuellement
Assassin's Creed Heritage
Que le Père de la sagesse nous guide
Marius C. De Dampierre recherche son père, André. Emanuel De Dampierre a perdu son Rhum... Veuillez le lui rapporter! Sebastian recherche sa petite soeur têtue! James Lindley recherche sa petite soeur, Jade. Nicolas De Provence a perdu son GPS... Qu'on le lui ramène d'urgence avant qu'on le retrouve en Afrique.

Partagez | 
 

 count to ten; (foucault) ☆

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
Invité


Podrick Foucault

feat. garrett hawke (dragon age)

Identité

SURNOM: aussi lubrique et libidineux qu'un satyre, on le surnomme parfois de façon assez folklorique Jambe-de-bouc ; sinon la plupart reste dans le conventionnel, le désignant par un simple rick, sec et cassant.
DATE DE NAISSANCE: 17/10/1757
LIEU DE NAISSANCE: Dans le nord, en Bretagne, à Saint Malo.
SEXE: homme;
ORIENTATION SEXUELLE: bisexuel, à voile et à vapeur.
NATIONALITÉ: française;
APPARTENANCE: civil depuis qu'il a remis pied à terre, il exerce en tant que forgeron dans l'atelier Foucault, des plus réputés en France et se doit d'exceller à la chasse comme tous les mâles de la famille. Il est d'ailleurs très friand de ses escapades en dehors de la capitale. Podrick est censé reprendre le flambeau en tant qu'aîné et rattraper les années perdues à la recherche des nouveaux horizons et de la liberté en tant que pirate. Mais pour l'instant ça l'amuse bien plus de procurer du bon temps en s'improvisant cracheur de feux et jongleur dans les rues de Paris, bondées de citoyens aux gorges désormais sèches à force de crier.
RANG: apprenti forgeron;

PERSONNALITÉ:
Rick c’est l’homme, le sacripant. Le capricieux, qui obtient bien souvent ce qu’il veut. L’intriguant, derrière ses airs un peu snob, déphasé, expressément intimidant. Une énième tête de con, valsant d’un lieu à l’autre, rien qu’un putain d’emmerdeur, un sale con de batailleur, qu'on a l’impression qu’il ne vit qu’une fois recouvert d’embrouilles. Rick paye en galon de douleur, donne des coups, les fait donner, se fait frapper. Rick il partage tout, le beurre, les beurettes, les barrettes. Rick il ment, ça s’échappe inlassablement de sa bouche, aussi vite que la fumée noire qui se dégage d’une cheminée trop surmenée. Rick il rêve, il songe, il pense. Il voit le monde de bien d’autres façons. Il s’imagine un monde sans but, un monde à la recherche de l’inconnu. Rick il sait même plus qu’il est mauvais quand il taxe la bouffe d'un gosse dans la rue. Rick il sait même plus qu’il est con, même quand il s'amuse à malencontreusement refermer l'agenda familial alors qu'il vient de caler la vessie d'une grenouille nouvellement disséquée entre les pages les plus récentes. Oui oui, Rick, c’est ce mec, si con, que quand il dit un truc sérieux, il se retourne pour voir si ce n’est pas quelqu’un d’autre. Rick il s’en fiche juste de lui en fait. La seule chose qui le réjouit, c’est les autres. C’est l’amusement procuré par des occupations peu communes, l’amusement de voir chez les autres ce qu’il ne remarque plus vraiment chez lui, ce à quoi il ne fait plus attention. Rick c’est celui qui n’a plus de notion du danger, qui fonce droit vers la mort en lui lançant un flip-off. C’est ce mec qui se sent épié, observé, manipulé. parano.

Rick c’est juste l’apoptose d’un être au passé dévorant.

Rien qu’un mec aux souvenirs aussi fumeux que ses allusions. Le prototype même de l’adolescent qui se chercher sans se trouver. A trente deux ans. Rick c’est celui qui ne réfléchi que quand ça l’arrange. C’est un état de bassesse et de béatitude en continu, une rudesse dont on a pas l’habitude. Rick c’est un fusée d’explosif trempée, qui ne s’allumera sans doute jamais. Une épave sans mausolée. Pas foncièrement bon, ni mauvais. Rick c’est des yeux bridés par la vie elle-même, des paupières qui ne demandent qu’à s’ouvrir encore une fois. Un regard qui brûle ce qu’il effleure. Qui brûle d’envie le monde en face de lui. Rick c’est des non-dits à la volée, des pensées qui refusent de sortir. C’est des regards timides, des pensées sordides, des phrasés sensibles.

Rick c'est un homme d'époque, qui se voile la face comme bien d'autres histoire de pouvoir dire que tout va pour le mieux.

PHYSIQUE: Des lèvres taillées à la grâce de dieu, opiacées d'un baiser printanier. Des épaules voûtées, alourdies par les non-dits. Des yeux maudits à travers lesquels on se retrouve fichés, qui n'oublie pas les visages croisés, tout deux couleur ambrées. Mystérieux être branlant, à la démarche suffisante, transi par l'assurance. Doté d'une altération sensitive plutôt rare; insensibilité congénitale à la douleur, on a longtemps pris cela pour de la sorcellerie, et certains membres du clergé ont tenté de l'en délivrer.

Des os fragilisés, cassés bien trop de fois pour en nier les faits. Des bouts de doigts brûlés. Des morceaux de chaires camouflants la mécanique bien huilée, les muscles tendus à souhaits. Un crane circulaire comme bien d'autres, surmontée des touffes de cheveux brunâtres qui font la fierté des Foucault depuis des générations. Un cœur qui continue de pulser dans le vide pour faire vrombir la machine. D’anciennes plaies béantes déposées par ses propres mains, juste pour cacher quelques petits objets là où on ne penserait à venir les chercher, sous l'épiderme blanchâtre.

Une tongue split, se mouvant dans une bouche septique faite une nuit dans une taverne, quand un mec mal baisé tenta de lui couper la langue, pressé qu'il puisse enfin la fermer. Des motifs scarifiées dans le dos, incantations pour le libérer du mal qui le ronge, cachées sous des pans de vêtements. Tantôt armures Foucault, tantôt peau d'animaux. Des sourires digne de lobotomisés. Et des morceaux de fils qui vont et viennent, sur et sous la peau suturées.

Un corps en vie, taillé dans un bloc de chaire.
Rien qu'une poupée barbue de plus, avec une touche de couleur sur le nez, colorant dignement son visage blafard.

Histoire


AVANT

C'est la huitième qui atteint la cible. La coquine vient se nicher juste entre les deux clavicules, épinglant la trachée à l’indigne œsophage caché derrière. Et le corps tombe alors qu'un rire gras retentit en haut de la voilure. Le monde s'affole en bas. Les deux bateaux s'entrechoquent en continu alors que l'abordage s'intensifie de minute en minute, et que le nombre de cadavres teintant le pont de ce rouge sang ne cesse d'augmenter. L'odeur ferreuse monte aux narines de l'archer qui jongle avec la gravité, en équilibre sur la corne de brigantine du vaisseau ennemi. Une autre flèche fend l'air, passant juste à côté du partenaire borgne qu'il appelle désormais capitaine, celle-ci terminant dans la jambe d'un homme ayant levé son épée, pensant mettre fin à l'attaque en prenant la tête du responsable alors qu'il se retrouve désormais à terre, croulant sous la douleur. Et tout cela suit son court, interminable valse silencieuse. Pas un seul n'est oublié et tous finissent par perdre pied alors que le funambule suit la danse depuis les hauteurs, acrobate antipathique.

Podrick observe de son perchoir la scène qui se déroule en dessous. Loin d'être spectateur du massacre, il fait tomber des têtes et il les comptent, ceux qui ne s'en relèveront pas. Et Foucault prend cet air maussade alors qu'il tend la corde et décochent les flèches. Il n'a jamais vraiment su pourquoi il en était arrivé là, pourquoi il était devenu comme tout ces cons tuant pour se remplir les poches d'argent sale. Il courrait, en quête de liberté, et voila donc où tout ça l'a mené. Il y a quoi de beau dans tout ça ? C'était vraiment ce qu'il cherchait, alors âgé de vingt-cinq ans, en se baladant dans les ports ?  Non pas du tout, et il le sait. Il se sent sale, moche et répugnant. Oisif, lassé, ignoble de bien des façons. Rien qu'un homme certes, mais  un humain devenu dégueulasse à force de propos acides et de morts au compteur.
Un humain déphasé, tout sauf préoccupé par les tombes qu'il creuse. Un homme qui ne sent pas le baiser brûlant de la balle et de la poudre à canon qui viennent de percer son bras. Un homme qui ne sent même pas son poignet se tordre alors qu'il s'accroche aux cordages comme il peut. Un homme qui ne sent pas les tessons de verre s'incruster dans sa peau alors qu'il a lâché sa seul accroche, se retrouvant sur le pont. Un monstre, insensible à la douleur. Il s'en souvient maintenant, les médecins ne savait pas ce qu'il en était. Évolution de l'espèce criait l'un. Sorcellerie hélait l'autre. On disait beaucoup de choses sur lui. Et alors que l'oncle pensait favorable de s'en débarasser, mary sa mère, elle l'excusait. Elle l'excusait depuis toujours, elle est comme ça mary, holy mary, hail mary full of grace. Toujours à veiller sur lui alors qu'il est devenu imbuvable à force d'être traité comme une bête noire. Quand il a quitté la maison, elle a insisté pour qu'elle lui écrive. Et Podrick a cédé, il lui a tout compté. De ses histoires sans lendemain à ses journées sur l'océan. Jusqu'à il y a quelques temps, ayant réalisé une chose.

Maintenant quand il tue, il n'a plus ce haut-le-cœur dérangeant, cette sensation corrosive rongeant sa bonne humeur. C'est comme tuer un ours ou un lapin. C'est pas plus que ça. C'est devenu son quotidien, et il ne trouve même pas cela consternant. ça fait sept ans qu'il vit de cela sans rien trouver à y redire. Et ce n'est qu'aujourd'hui qu'il se relève, se rendant compte que le monde est triste, où qu'il aille.

_ « Alors, combien t'en as eu ? » demande Podrick, une fois de plus alors que l'autre vient de lui sauver la mise, tuant ainsi le dernier ennemi.
_ J'ai pas compté, mais plus que toi.
_ J'avais oublié, monsieur est absolu », ironise le quartier maître, faisant allusion aux règles à respecter à bord.
_ « Hmmmhmmm, bah moi au moins je suis indemne » taquine le capitaine en lorgnant le bras droit de son acolyte avant de l'aider à se relever.
_  Salopiot, t'as pas autant de classe que moi dans tous les cas »
_ « Ouai ouai c'est ça Pocahontas, si ça peut te faire plaisir.
_ ... »

Et alors qu'il fronce les sourcils à l'entente de ce surnom ridicule, il pense à l'avenir, sans savoir que celui-ci le mènera bien loin de là.


FEVRIER 1789

_« Hmmm, je pari le bateau », dit-il en balançant tout sourire les clefs de sa cabine sur la table, après avoir jeté un œil à son jeu. ou
_« Cesse de faire l'enfant Podrick, tu vas finir à la rue à te la jouer comme ça », prévient l'autre, visiblement plus amusé qu’abasourdi par le comportement du trentenaire en face de lui alors qu'il s'amuse à faire tourner son verre de vinasse à l'aide d'une de ses mains brrues.
_« Laisse moi plutôt jouer au grand, c'est distrayant tu vois.
_Retire toi Podrick, tu vas perdre », somme le contrebandier une dernière fois, sans toutefois s'attendre à un changement d'attitude de la part du brun malgré l'allusion aguichante qu'il tente de faire passer.
_« Je te l'ai déjà dis, c'est pas mon genre de faire marche arrière. Surtout quand je pense que cette fois, c'est la bonne», réplique l'homme, se redressant de la chaise sur laquelle il était à moitié vautré un peu plus tôt, laissant entrevoir une lueur de défi des plus immatures.
_« Bon, je t'aurais prévenu, une fois de plus, idiot. »

Ainsi, le brelan de reine finit recouvert par la quinte flush royal du chanceux alors que le barbu fait la moue de façon déplorable en lorgnant le contenu de sa cabine.

_«T'as vraiment jamais de chance mon vieux, si tu continu tu vas finir les poches vides par ma faute» , fait mine de se lamenter le plus jeune en versant un verre de plus à son invité de la soirée.
_«Alala, tu sais, tout est relatif. L'argent ne fait pas tout, mais de l'argent j'en ai, alors à quoi bon le garder entassé dans des coffres ?»
_ Podrick, l'idiot des sept mers», soupire le plus grand, haussant les épaules par la même occasion avant de récupérer le trousseau qui trône toujours au centre de la table, bien content des gains de cette soirée. Ce Podrick est vraiment le type le plus malchanceux qu'il ait rencontré.
_«Si tu pouvais arrêter de m'appeler comme ça. Un peu de respect pour tes aînés, sale gosse», le plus malchanceux, et le plus susceptible qui soit.
_«N'empêche, vu comme tu lances ton argent par dessus bord alors qu'on est en temps de crise, j'ai du mal à m'en empêcher. C'est pas parce que tu fais parti des Foucault que tu peux tout te permettre», ironise l'homme, sachant bien évidemment que son acolyte ne s'encombre point de sa généalogie et passe son temps à se faire plaisir sans prendre le temps de réfléchir aux conséquences.

_«D'ailleurs, ça fait combien de temps que t'as quitté ces corsaires sans leur dire que t'avais d'autres projets ?»
_«tu crois que je me fais chier à compter les jours ? depuis que j'ai dépassé la vingtaine j'évite, alors j'irais certainement pas retenir un chiffre des plus inutiles. Si tu veux des informations sur moi, trouves-les, ne me demande pas, surtout quand on vient de s'enfiler autant de pinard, à ce stade ce n'est carrément plus catholique», baragouine-t-il en se versant un verre de plus et lorgnant la pièce vide autour d'eux.
_«T'es vraiment rabat-joie, pour une fois que je m'intéresse à toi, tu devrais te sentir flatté.»
_«C'est ton cul que je vais flatter si tu y tiens tant que ça Darius», répond l'autre en relevant la tête qu'il venait de nicher dans ses bras.
_« Je m'en passerais, contentes toi de continuer à courtiser des courtisanes pour rassasier tes deux pierres et ton pylone. Puis je ne suis pas de ce bord là, tu le sais autant que moi. Mais sérieusement, tu vas faire quoi maintenant, alors que tu viens de perdre le bâtiment que tu avais réussi à dérober aux anglais ?»
_«Rentrer je pense, pour la capitale. J'en ai ma claque de tout ça, alors autant changer d'air.»
_«Retourner chez ton vieux ? A mon humble avis, il risque de t'envoyer bouler, ne t'attends pas à un accueil chaleureux alors que tu lui a gentiment faussé compagnie il y a quinze ans alors qu'il comptait te former pour lui succéder.»
_«On verra bien. Merci d'avoir payé le vin, on se refait ça une prochaine fois quand tu passeras à Paris hmm ? Aller tcho.», se contente de lâcher l'homme camouflé par sa peau d'ours dissuasive avant de s'écrouler au moment de franchir la sortie et de gerber tout son saoul.
_«Ce mec est vraiment doué, je vais encore devoir lui payer la nuit à l'auberge. Quelle plaie.»

MARS 1789

_« Tu sais, je me suis déjà fais une déchirure musculaire aux abdominaux en toussant. l'hiver dernier. » commence l'homme allongé dans son lit, scrutant l'autre d'un regard amusé alors qu'il vient de renverser la moitié de son auge sur lui même.
_« Moi je me suis méchamment ouverte l'arcade contre l’embrasure de la porte en te récupérant la dernière fois alors que tu étais complément torché. Mais commence pas à jouer à ça, file-moi plutôt des fringues...»
_« Tu ne peux vaincre ma personne à ce jeu là. je me suis déboité l'épaule en essayant -en vain- de m'arrachant un poil de nez.
_ Oh seigneur, Podrick tu n'as pas d'égal dans ce monde de catins. vraiment. je te savais maladroit, mais là tu dépasses toutes mes espérances. Tu es le Foucault le plus idiot que je connaisse, ça te vas comme ça ?» répond le blond avec sarcasme.
_« Tu es vraiment dur avec moi Darius, je fais juste de mon mieux », susurre l'autre en faisant mine d'être affecté. « Cependant, si tu veux toujours te changer, la salle de bain est au fond du couloir à droite. Je te laisse partir devant.
_ Podrick, ne t'avises même pas de m'y suivre. »

___________________

_«  Podrick arrête, tu vas crever si tu continu.
_ Mais tu m’excite j'ai le droit de le dire non ? » dit-il en feintant un sourire.
_« La ferme, ducon », rétorque l'autre. Bien sûr qu'il n'a pas le droit de dire ça. Ici on meurt pour ce genre de chose. On fini empalé pour bien moins, les paroles suffisent, les rumeurs aussi.
_ « T'avais qu'à ne pas te laver. c'est de ta faute après tout, maintenant tu empeste l'eau de cologne. Mon eau de cologne soit-dit en passant, et c'est chiant.
_...
_Oh fais pas cette tête non de dieu. Puis toi t'as les mèches trempées, on pourrait les sécher à ma manière.
_ Ta gueule Podrick, ferme ta putain de gueule. Dire que tu es l'héritier Foucault, si seulement ton père savait...
_ Oh ça va, les putes me suffisent et tu le sais. Mais c'est si drôle de te taquiner que je ne peux tout simplement pas m'en empêcher. »

_________


_«On ne devrait pas vendre des armes à n'importe qui.»
_« Qu'est ce que tu nous chantes encore Podrick ? Bien sûr qu'on peut vendre des armes à qui le veux, c'est ça qui fait notre prestige. Et l'arme n'est rien sans un manieur. C'est le manieur qui lui donne l'âme, alors arrête de jouer le sentimental.»
_« Tu parles vraiment comme papa, c'est risible. Les gens qui en ont devraient avoir des valeurs.»
_« C'est toi qui parles de valeurs alors que tu passes tes nuits dans des bordels et que t'as autant de répartie qu'un ivrogne hmmm ? intéressant, il est beau l'héritier. »
_« Tu vois très bien ce que je veux dire. Et non de dieu, si ça te frustre tant que ça tu n'as qu'à faire la même chose. »
_« Je ne m'abaisserais pas à ce genre de pratique. »
_« Dis plutôt que tu n'oserais pas.»
_« ... »
_« Donc j'en reviens à ce que je disais. Les armes changent le monde, c'est jouissif pour certains d'avoir un pouvoir pareil entre les mains. Alors je pense qu'on ne devrait pas en vendre au premier venu. »
_« C'est là toute ta pensée ?»
_« Oui. Non. Peut-être. Fin bon on en reparlera plus tard, j'ai les dagues de Darius à terminer avant qu'il ne reparte.»
_« C'est ça ouai, dégage.»

____________


Il tape, il tape, il tape, du plat de ton marteau, ses doigts furieusement crispés sur le manche. Des gouttes légèrement salées tombent du front jusqu'au bout de son menton pour venir se perdre sur la chaleur de l'acier. Enfermé à double tour dans la forge, il fulmine, passant sa colère sur l'enclume. Et il y a cette question qui lui monte encore à la tête, ce pourquoi bouffé par l'incompréhension. Le monde se meurt, les pauvres en payent le prix fort. Cela fait deux jours qu'il étouffe dans cette soudaine culpabilité à la vision de ce monde devenu si subitement fade, pâle, sans couleur. Deux jours qu'il n'est pas sorti de cette pièce. Deux jours qu'il s'acharne sur la même lame d'épée. Deux jours qu'il la fond et la modèle, dévoré par les perspectives d'avenir qui s'envolent, aussi friables que de la pâte à crumble.  Il ne s'y attendait pas vraiment, à ce que ton père te présente ta future femme. Il s'attendait à avoir des des responsabilité, il s'y était même préparé, mais celle-ci il s'en serait fort bien passé et n'aurait jamais imaginé voir ce jour pointer son nez. Il était heureux jusque là, à sa façon. Il avait ses catins favorites pas bien loin et s'offrait les plaisirs de la chaire pour oublier ceux tant désirés qu'il ne pouvait malheureusement point s'accorder. Il avait repris la place qui lui était destiné en tant qu'aîné de la famille, assurant des commandes des plus prestigieuses. Et puis elle était apparue dans sa vie, chamboulant ses soirées de beuveries et moments de plénitudes. Depuis il ne savait plus vraiment où donner de la tête. Sachant qu'elle faisait partie de la noblesse et qu'il était de son devoir d'élever sa famille, il n'avait pu refusé, et c'était rapidement retrouvé entre les serres de cette jeune femme noble et asthmatique sans comprendre comment il en était arrivé là.

Alors depuis Podrick se plaint, retardant au plus les fiançailles en prétextant une affaire importante par ci, puis une autre par là. Bientôt contraint d'enfiler la bague au doigt, il tire la gueule comme il ne l'a jamais fait et s'arrange pour ne pas être à la maison quand la famille de sa promise y passe. Soudainement devenu un type des plus assidus, il passe son temps dehors ou bouclé dans son atelier.
Comme quoi il ne faut pas grand chose pour changer un homme.
Juste Paris, et la promesse d'une vie à deux.

Derrière l'écran

CODE DU RÈGLEMENT: Obligatoire
PSEUDONYME: Alors bon, j'ai eu pas mal de pseudo dans ma longue croisade du net, mais ici on se contentera de rick, voir de jean-pierre.
ÂGE: l'âge d'acheter du pastis à Carrefour.
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU CE FORUM: la faute au cactus borgne sur lequel je me suis collée par inadvertance.
COMMENT LE TROUVEZ-VOUS?: AAAAAAH MES YEEEEEEEUX JE SAIGNE!!!!! ;______;
(non j'déconne, c'est beau)
AUTRE CHOSE ?: c'est votre dernier mot ?  hmm2



Assassin's Creed - Heritage soutient la création; cette fiche a été codée par Orange de CSSActif



Dernière édition par Podrick Foucault le Dim 10 Jan - 20:09, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
紅蓮 • « Hónglián »
Messages : 377
Date d'inscription : 01/06/2015
Age : 25
Double Comptes : non
Age du personnage : 27
Faction : Ordre des Templiers

Feuille de personnage
Niveau:
31/60  (31/60)
Dangerosité:
2/5  (2/5)
Influence:
2100/16000  (2100/16000)
avatar
Bonjour/ Bonsoir,

Je te souhaite la bienvenue sur le forum Assassin's Creed Héritage, si tu as des questions sur la rédaction de ta fiche de présentation ou même sur le forum, n'hésite pas a nous les poser, les membres du staff seront ravie d'y répondre. Le code du règlement est validé, bonne continuation avec la rédaction de ta fiche.


Cordialement Saya/Tessa.

_________________
"Rien n'est vrai, tous est permis" C'est ce qu'ils me disaient tous, à une époque...

Parole de Saya: #ccccff
Parole des PNJ: #ffcc99
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
紅蓮 • « Hónglián »
Messages : 377
Date d'inscription : 01/06/2015
Age : 25
Double Comptes : non
Age du personnage : 27
Faction : Ordre des Templiers

Feuille de personnage
Niveau:
31/60  (31/60)
Dangerosité:
2/5  (2/5)
Influence:
2100/16000  (2100/16000)
avatar
Bonjour/Bonsoir,


Après lecture de ta fiche de présentation, que je trouve vraiment pas mal, je peux donc te dire que tu es validé. Tu peux maintenant faire les différente demande, comme par exemple une demande de rang, ainsi que le bottin des avatar. Tu peux maintenant faire des rps un peu partout dans le forum, surtout n'oublie pas que tu as quelque information a ajouter dans l'onglet "profil" de ton personne, ainsi que la fiche relation.

Je te souhaite donc un bonne amusement sur le forum Assassin's Creed Héritage. Et n'oublie pas que si tu as quelques questions tu peux toujours les poser à un des membres du staff, ils seront heureux d'y répondre. Bonne amusement et bon RP a toi.


Cordialement Saya/Tessa.

_________________
"Rien n'est vrai, tous est permis" C'est ce qu'ils me disaient tous, à une époque...

Parole de Saya: #ccccff
Parole des PNJ: #ffcc99
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
紅蓮 • « Hónglián »
Messages : 377
Date d'inscription : 01/06/2015
Age : 25
Double Comptes : non
Age du personnage : 27
Faction : Ordre des Templiers

Feuille de personnage
Niveau:
31/60  (31/60)
Dangerosité:
2/5  (2/5)
Influence:
2100/16000  (2100/16000)
avatar
Bonjour/bonsoir,

Désolé pour le double poster, il y a eu une petite erreur de ma par et je m'en excuse, il y a deux ou trois petites informations qu'il faudrait que tu modifie. c'est à propos de ses trois information ci dessous:


LIEU DE NAISSANCE: Dans le nord, direction
SEXE: homme en feu;
ORIENTATION SEXUELLE: à voile et à vapeur;

Il faudrait que tu modifie sa, afin que ce soit un peu plus cohérent pour les autres membres. Je m'excuse encore pour cette petite erreur de ma par. une fois que tu auras modifier ça, dit le moi, que je puisse reverrouiller ta fiche et la renvoyer dans les téléchargement terminé.

cordialement Saya/ Tessa.

_________________
"Rien n'est vrai, tous est permis" C'est ce qu'ils me disaient tous, à une époque...

Parole de Saya: #ccccff
Parole des PNJ: #ffcc99
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité
C'est tout modifié, merci (:
Revenir en haut Aller en bas
紅蓮 • « Hónglián »
Messages : 377
Date d'inscription : 01/06/2015
Age : 25
Double Comptes : non
Age du personnage : 27
Faction : Ordre des Templiers

Feuille de personnage
Niveau:
31/60  (31/60)
Dangerosité:
2/5  (2/5)
Influence:
2100/16000  (2100/16000)
avatar
Merci d'avoir modifier les trois informations que j'avais demandé de faire, maintenant c'est beaucoup plus compréhensible. Je peux donc verrouiller de nouveau ta fiche présentation et la remettre dans les téléchargements terminés. Encore désolé pour ma petite erreur, bonne amusement et bon rp sur Assassin's Creed Héritage.

Cordialement Saya/Tessa.

_________________
"Rien n'est vrai, tous est permis" C'est ce qu'ils me disaient tous, à une époque...

Parole de Saya: #ccccff
Parole des PNJ: #ffcc99
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
count to ten; (foucault) ☆
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des idées pour un model "count as jokaero weaponsmith"?
» can you whisper as it crumbles and breaks, as you shiver, count up all your mistakes (10/04, 9h21)
» If you play, you play for keep. Take the gun and count to three. x Alys
» you can count on me like 1, 2, 3 and I'll be there || Evan
» You can count on me like one, two, three [feat. Jaemin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Assassin's Creed Héritage :: Zone de Détente :: Archives du forum :: Présentations-